Congrès POLEPHARMA Bioproduction – 4e édition

Les 12 & 13 décembre 2019 au Palais des Congrès de Tours

Actualités

 

23 octobre 2019
// Comment bioproduire de manière plus rapide, plus sûre et moins chère ?  

Comment bioproduire de manière plus rapide, plus sûre et moins chère ? 

L’investissement permanent dans les technologies de production les plus innovantes s’inscrit dans la stratégie de Novasep, spécialiste de la séparation moléculaire par chromatographie. Au cours du prochain congrès POLEPHARMA Bioproduction, Jean-Luc Beulay, Directeur Monde du marketing et du développement des produits, viendra présenter sa vision du marché et ses outils d’intensification de procédés pour la production des biomolécules. Avec l’enjeu de convertir largement l’industrie à la dynamique de production continue pour aller plus vite, de manière plus sûre et moins chère. 

Lire la suite

21 octobre 2019
// Entrer dans le laboratoire du futur avec Thermo Fisher Scientific  

Entrer dans le laboratoire du futur avec Thermo Fisher Scientific 

Thermo Fisher Scientific, premier fabricant mondial d’équipements de laboratoire, sera présent sur le Congrès POLEPHARMA Bioproduction pour partager son expérience dans les nouvelles technologies disruptives, dans le cadre de la digitalisation et du management des données. 

Lire la suite

20 septembre 2019
// Perspectives d'évolution de la bioproduction  

Perspectives d'évolution de la bioproduction 

De nouvelles solutions thérapeutiques voient le jour pour soigner des maladies souvent incurables. La production de ces solutions est souvent complexe, mais la pression des systèmes de santé sur les prix des médicaments est paradoxalement de plus en plus intense, dans tous les pays, ce qui fait peser de nouvelles contraintes sur les industriels du secteur : ils doivent réduire leurs coûts de production de manière significative, tout en respectant attentivement les contraintes réglementaires qui s’imposent à eux.

Lire la suite

12 juillet 2019
// La Bioproduction dans une dynamique de réseaux 

La Bioproduction dans une dynamique de réseaux

En ligne avec le Contrat stratégique de filière (CSF ITS), tous les pôles de compétitivité et cluster Santé - et Polepharma en tête - mobilisent leurs réseaux pour promouvoir une dynamique de rupture en matière de bioproduction. Les enjeux sont élevés : favoriser l’accès de tous demain aux biothérapies et faire de la France un hub mondial dans la bioproduction, en garantissant l’indépendance. Le quatrième Congrès POLEPHARMA Bioproduction, qui se tiendra les 12 et 13 décembre prochains, s’annonce d’ores et déjà comme une caisse de résonance utile pour les travaux et les expériences innovantes.

Lire la suite

5 juin 2019
// Rencontre avec Thierry Ziegler, Président du quatrième Congrès POLEPHARMA Bioproduction 

Coup d’envoi du 4ème Congrès POLEPHARMA Bioproduction

Thierry Ziegler, Directeur de la production de Cellectis, dresse les enjeux du quatrième Congrès POLEPHARMA Bioproduction qu’il préside, résolument tourné vers l’innovation et l’accessibilité des patients aux nouvelles thérapies.

« La réussite de cette quatrième édition se mesurera aux nouvelles opportunités qui se concrétiseront en faveur de l’innovation et de l’accessibilité des patients aux nouvelles thérapies, rendant tout le monde gagnant de nos échanges. » 

Lire la suite

23 octobre 2019 // Comment bioproduire de manière plus rapide, plus sûre et moins chère ?

L’investissement permanent dans les technologies de production les plus innovantes s’inscrit dans la stratégie de Novasep, spécialiste de la séparation moléculaire par chromatographie. Au cours du prochain congrès POLEPHARMA Bioproduction, Jean-Luc Beulay, Directeur Monde du marketing et du développement des produits, viendra présenter sa vision du marché et ses outils d’intensification de procédés pour la production des biomolécules. Avec l’enjeu de convertir largement l’industrie à la dynamique de production continue pour aller plus vite, de manière plus sûre et moins chère. 

Assister au congrès POLEPHARMA Bioproduction, c’est venir à la rencontre des utilisateurs et fabricants de biomolécules pour comprendre leurs problématiques et apporter des solutions à leurs besoins. Le réseautage que permet l’événement est aussi le meilleur moyen de faire de nouvelles rencontres et de simplifier les échanges futurs. Mais notre participation au colloque vise surtout à être au premier rang des discussions et challenges que les industriels rencontrent à l’heure actuelle. Les molécules deviennent de plus en plus complexes à produire. Il existe un fort besoin de faire évoluer les outils et les solutions à apporter sur la chaine de production pour relever les défis de demain. 

Amorcer le virage vers la production continue…

Parmi les enjeux, les industriels cherchent à intensifier leurs équipements pour produire plus rapidement, plus sûrement et moins cher pour faciliter l’accès des patients aux nouveaux traitements. Le titrage dans les bioréacteurs augmente de plus en plus, les gels de chromatographie sont plus performants, et nous allons de plus en plus vers une médecine personnalisée. L’enjeu est de passer d’une technologie en mode « batch » vers des technologies plus continues pour produire en fonction des besoins. Les avantages sont nombreux, en particulier dans la réduction des frais de fonctionnements et l’augmentation de la qualité, dans la stabilité et la robustesse des produits. Mais nous ne sommes qu’au début de la bascule vers la production continue qui est encouragée également dans la pharmacie par la FDA aux Etats-Unis, comme ce qui s’est déjà fait dans les secteurs de l’automobile, l’électronique et la chimie. 

… et un changement d’état d’esprit

Chez Novasep, nous avons investi sur notre site de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) pour mettre en place un procédé intensif en continu de chromatographie pour un de nos clients américains. C’est l’équipement le plus performant au monde en matière de chromatographie, composé de 5 colonnes de 1,20 mètres. Nous espérons que la plupart de nos clients vont passer le cap de la production en continu, permettant d’amorcer un changement d’état d’esprit. Chaque vague technologique est à saisir pour se repositionner. Le Comité Stratégique de Filière (CSF), auquel participe POLEPHARMA, met l’accent sur les technologies disruptives et un meilleur accès aux médicaments innovants pour les patients. L’heure est donc à l’échange, l’ouverture aux nouvelles idées, et à comprendre les résistances au changement pour accélérer l’adoption de ces nouvelles technologies. C’est sur cet axe que le congrès POLEPHARMA Bioproduction promet d’être le plus riche et le plus intéressant. 

 

21 octobre 2019 // Entrer dans le laboratoire du futur avec Thermo Fisher Scientific

Thermo Fisher Scientific, premier fabricant mondial d’équipements de laboratoire, sera présent sur le Congrès POLEPHARMA Bioproduction pour partager son expérience dans les nouvelles technologies disruptives, dans le cadre de la digitalisation et du management des données.

« Les thématiques du Congrès sont totalement alignées avec nos innovations et nos développements actuels visant à accompagner les sociétés biopharmaceutiques à être plus compétitives », note Anthony Perret, responsable des ventes équipements et bioprocédéspour Thermo Fisher Scientific, Bioprocess Equipment Automation, qui animera avec François FAGE (un atelier sur les technologies d’automatisation et de digitalisation pour le laboratoire et l’unité de production GMP. 

C’est un rendez-vous à ne pas manquer pour se projeter dans le laboratoire du futur grâce aux outils de toute dernière génération, comme les lunettes de réalité virtuelle. « Nous présenterons l’apport de la réalité virtuelle dans la gestion des analyses et échantillons de laboratoire, ainsi que des solutions techniques de modularité rendant l’atelier de bioproduction encore plus modulaire et flexible, » continue-t-il.

Gagner en agilité 

Gagner en agilité et flexibilité est devenu un enjeu stratégique pour les sites de production avec une concurrence qui s’intensifie, et dans un contexte de renforcement des normes sanitaires et réglementaires. « La multiplication des données exige de connecter les systèmes de production et de simplifier la gestion des données en entreprise », note-t-il. En ligne avec les objectifs du contrat du Comité Stratégique de Filière (CSF ITS), Thermo Fisher Scientific souhaite aussi participer à « ouvrir le champ des possibles » en accompagnant la filière BioProductionà adopter de nouvelles technologies disruptives permettant de rendre la bioproduction plus performante, essentiel pour faciliter l’accès aux biothérapies demain.  

Thermo Fisher Scientific qui est présent dans 60 pays affiche une croissance soutenue et régulière depuis plusieurs années. Ses applications couvrent toutes les étapes du développement d’un médicament depuis le laboratoire R&D ou de développement procédé jusqu’à la production de lots cliniques ou l’unité de production commerciale GMP.Affichant un chiffre d’affaires de 24 milliards de dollars avec 70 000 employés dans le monde, le groupe n’a cessé d’étendre sa gamme de services pour s’adapter aux exigences de la médecine personnalisée, en particulier les thérapies géniques et cellulaires, notamment dans les technologies à usage unique, les technologies chromatographiques, les solutions analytiques et de contrôle pharmaceutique, ainsi que la Digital Science. Avec un ancrage marqué en France: l’Hexagone représente un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros et 2000 employés au travers de ses 11 sites (dont 4 en R&D). A Illkirch, près de Strasbourg, Thermo Fisher Scientific a notamment installé son centre de bioréactifs pour toute l’Europe, avec un fort potentiel d’attractivité et de croissance.     

 

20 septembre 2019 // Perspectives d'évolution de la bioproduction

De nouvelles solutions thérapeutiques voient le jour pour soigner des maladies souvent incurables. La production de ces solutions est souvent complexe, mais la pression des systèmes de santé sur les prix des médicaments est paradoxalement de plus en plus intense, dans tous les pays, ce qui fait peser de nouvelles contraintes sur les industriels du secteur : ils doivent réduire leurs coûts de production de manière significative, tout en respectant attentivement les contraintes réglementaires qui s’imposent à eux.

Dans le même temps, l’incertitude inhérente à l’innovation thérapeutique se double d’une compétition accrue entre industriels. De nouvelles classes de produits font progressivement leur apparition. Après les protéines recombinantes et les anticorps monoclonaux, des thérapies cellulaires ou géniques, des ARN interférents ou messagers collectionnent les succès précliniques et cliniques, et renforcent la compétition. L’accès au marché, après plusieurs années de développements couteux et risqués, n’est donc plus forcément le gage d’un succès assuré.

Ces nouvelles tendances auront un impact important sur la bioproduction dans les années à venir. Des exigences nouvelles de flexibilité, de célérité, de qualité et de coûts émergent et vont s’imposer aux industriels du secteur des biotechnologies. Sur ces bases, l’objet de cette présentation est de partager les analyses de professionnels réunis au sein du groupe BioPhorum, pour livrer leurs conclusions sur les perspectives d’évolution de la bioproduction dans le monde.

Conférence "Perspectives d'évolution de la bioproduction", le Jeudi 12 décembre 2019 à 14h30
Par Guillaume Plane, Marketing and development, Process Solutions, Merck

Guillaume Plane est responsable du développement et du marketing pour les solutions de bio-développement de la division Sciences de la vie de Merck. Il a rejoint Merck en 2012, apportant une quinzaine d’années d'expérience en biotechnologies et couvrant de nombreuses spécialités, notamment la biochimie, la biologie moléculaire et la bioproduction. Il est également enseignant depuis une dizaine d’années à Sup’Biotech et IONIS School of Technology and Management. Guillaume a débuté comme responsable du développement à la Fondation Aventis, puis fondateur et dirigeant d’une société de biotechnologie spécialisée dans la bioproduction d'ARN. Il est titulaire d’un Master en Biologie et santé de l’Université de Bordeaux et d’un Master de l’Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP Europe).

 

12 juillet 2019 // La Bioproduction dans une dynamique de réseaux

En ligne avec le Contrat stratégique de filière (CSF ITS), tous les pôles de compétitivité et cluster Santé - et Polepharma en tête - mobilisent leurs réseaux pour promouvoir une dynamique de rupture en matière de bioproduction. Les enjeux sont élevés : favoriser l’accès de tous demain aux biothérapies et faire de la France un hub mondial dans la bioproduction, en garantissant l’indépendance. Le quatrième Congrès POLEPHARMA Bioproduction, qui se tiendra les 12 et 13 décembre prochains, s’annonce d’ores et déjà comme une caisse de résonance utile pour les travaux et les expériences innovantes.

Porté par l’engagement de ses membres et leur expertise, Polepharma se retrouve au cœur des discussions du CSF ITS concernant la Bioproduction, reconnue comme Grand défi national depuis avril.  « La filière BioProd se situe aujourd’hui dans un entre-deux avec la montée en puissance des besoins et le manque de capacités sur le territoire, note Fabien Riolet, directeur général de Polepharma, avec des enjeux multiples en terme de santé publique, d’indépendance sanitaire, d’équilibre des comptes sociaux et de leadership pour les industriels ». Pour relever ces défis, le CSF ITS invite la filière à travailler de manière plus transversale, mobiliser les réseaux pour faire émerger des technologies de rupture, et développer une filière innovante de fabrication de produits biologiques.

Décloisonnement et ouverture

Dans le cadre du CSF ITS, Alain Sainsot, président de V-NANO et administrateur Polepharma, et Isabelle Thizon-de-Gaulle, vice-présidente de Sanofi, Relations Scientifiques et Initiatives R&D pour l’Europe, sont à la tête du Comité de Pilotage sur la Bioproduction. Stéphane Roques, délégué général de Medicen, intervient en tant que coordinateur des pôles de compétitivité et clusters français pour renforcer la filière, aux côtés de Jean-Pierre Burnouf (Sanofi), Nicolas Ferry (Servier), Julien Ettersperger (Medicen), Julie Galland (DGE) et Franck Lethimonnier (Inserm). 

Au-delà de cette task force, les pôles et clusters sont actifs au sein des groupes de travail sur les anticorps, les thérapies cellulaires, les thérapies géniques, et les technologies transverses, qui mobilisent régulièrement une soixantaine d’académiques, institutionnels et industriels, mais aussi des acteurs plus récents dans la santé, comme Centrale Supélec, Dassault Systems ou l’INRIA, dans un souci de décloisonnement et d’ouverture. Près de 500 millions d’euros, répartis à 50/50 entre l’Etat et l’Industrie, sont dédiés à l’émergence de projets collaboratifs dans les technologies de rupture. Bpifrance est mise à contribution au travers d’un concours de l’innovation mais aussi de projets de R&D structurants pour la compétitivité pouvant mobiliser jusqu’à 50 millions de budget global. Des appels à projets relayés par les pôles et clusters dans les territoires.

Encourager les projets collaboratifs

Polepharma accompagne la diversification de la filière vers la bioproduction depuis près de dix ans. Avec plusieurs temps forts et fédérateurs rythmant l’année, en particulier le Congrès POLEPHARMA Bioproduction, et un nouveau colloque sur le Biotesting, qui se tiendra pour la première fois en février 2020, à Evreux. En région Centre-Val de Loire, la plupart des initiatives convergent vers le Bio3 Institute, cogéré par l’IMT et l’Université de Tours, et vaisseau amiral du bassin Polepharma pour le développement des compétences et la formation. L’institut travaille avec Sanofi France à créer une filière de formation sur les métiers de la bioproduction. Et pour être au plus près des besoins des PME, un BioLab, nouvel Bio-Incubateur-Accélérateur à projets et startups, dont Polepharma serait gestionnaire, est en projet à Tours, en mobilisant des fonds du Programme d’Investissements Avenir (PIA), des financements Région Centre-Val de Loire et Métropole de Tours-Val de Loire. La start-up MAbSilico porte les espoirs de la région Centre-Val de Loire au sein du concours d’innovation Croissance dans le cadre du CSF ITS. 

« Au-delà de ce nouveau centre expert composé du Bio3 Institute et du BioLab, dans le cadre du programme Biomédicaments, nous envisageons la création d’une Chaire industrielle autour des bioprocédés, hébergée au sein de la Faculté de pharmacie de Tours, avec comme ambition de construire un vivier de talents dans les technologies disruptives, » annonce Fabien Riolet. Un bon moyen de faire connaître et de renforcer l’attractivité des territoires pour améliorer les chances d’innovation et de croissance à l’avenir.

« Recréer du lien entre les technologies et la production »

« Si l’on souhaite un secteur des sciences de la vie qui soit fort, on ne peut pas faire l’impasse sur la bioproduction, qui est un élément majeur de compétitivité et de barrière à l’entrée, en particulier pour les thérapies géniques et cellulaires. Les travaux du CSF sont l’occasion pour les pôles de compétitivité de recréer du lien entre les technologies et la production pour gagner une longueur d’avance sur un marché mondial, » note Manuel Gea, CEO de Bio-Modeling-Systems, et président d’Adebiotech, qui a rejoint récemment le conseil d’administration de Polepharma. Il est également l’un des fondateurs de Pherecydes Pharma (phagothérapie personnalisée) qui vient d’implanter une usine de bioproduction à Nantes.

« Se pencher sur le berceau des PME »

« La majorité des biomédicaments naissent au sein des laboratoires académiques et des PME. Les industries pharmaceutiques prennent le relais lorsque la preuve de concept est déjà acquise. Atlanpole Biotherapies développe des journées d’Open Innovation pour favoriser ce transfert. Soutenir les PME est un axe clé dans le CSF ITS pour faire de la France, un pays en pointe dans l’innovation. Il est grand temps de se pencher sur le berceau des PME », note Florence Hallouin, directrice déléguée Atlanpole Biotherapies, qui fédère 150 PME biotechs.

 

« Développer les interactions entre Biologie, IA et Sciences de l’ingénieur »

« Les développements classiques n’intègrent pas assez les nouvelles ruptures technologiques, les compétences d’ingénieurs ou encore la puissance de l’IA et des datas. Nous sommes convaincus que c’est par l’association de compétences diverses et complémentaires, au sein des groupes de travail et notamment celui de technologies transverses, que naîtront les innovations capables de lever les verrous technologiques des biomédicaments actuels, et de l’accessibilité pour tous demain », note Stéphane Roques, Délégué Général Medicen et membre du ComEx du CSF et du Comité de Pilotage Bioproduction.

 

5 juin 2019 // Rencontre avec Thierry Ziegler, Président du quatrième Congrès POLEPHARMA Bioproduction


Coup d’envoi du 4ème Congrès POLEPHARMA Bioproduction

Thierry Ziegler, Directeur de la production de Cellectis, dresse les enjeux du quatrième Congrès POLEPHARMA Bioproduction qu’il préside, résolument tourné vers l’innovation et l’accessibilité des patients aux nouvelles thérapies.

« La réussite de cette quatrième édition se mesurera aux nouvelles opportunités qui se concrétiseront en faveur de l’innovation et de l’accessibilité des patients aux nouvelles thérapies, rendant tout le monde gagnant de nos échanges. » 


Le 4ème Congrès POLEPHARMA Bioproduction, qui se tiendra les 12 et 13 décembre prochains, au Palais des Congrès de Tours, s’annonce sous les meilleurs auspices. La Bioproduction a été reconnue comme une priorité nationale dans le prolongement du dernier Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS). Et les travaux du projet de filière BioProd, dans le cadre du Conseil Stratégique de Filière (CSF), vont dans le bon sens pour faire de la France un hub mondial de bioproduction. Pour se projeter, la filière avait besoin d’un projet structurant à la hauteur de l’enjeu de transition actuel. Malgré les investissements conséquents, la France n’est toujours pas bien positionnée dans la course européenne à la bioproduction. Nous n’avons pris que tardivement le virage de la production des anticorps monoclonaux. Hors vaccins et biosimilaires, seuls deux biomédicaments sur les 76 ayant reçu un feu vert européen depuis 2012 sont fabriqués sur notre territoire. Pour autant, nous avons toutes les cartes en mains, grâce à nos académiques, industriels et start-ups reconnus internationalement, pour gagner la première marche dans la compétition mondiale en matière de thérapies innovantes, en particulier pour les produits de thérapies cellulaires et géniques. 

Des enjeux stratégiques d’innovation et d’accessibilité

C’est donc autour de cet enjeu stratégique d’innovation que nous avons décidé d’organiser cette année le programme du Congrès POLEPHARMA Bioproduction, avec l’espoir de faire naître et de concrétiser de nouvelles opportunités bénéficiant à tous sur la chaine et, en premier lieu, aux patients. Les débats porteront autant sur l’innovation de rupture à long-terme, que la mise au point de nouveaux traitements individualisés comme les thérapies cellulaires sur mesure, notamment les cellules CAR-T autologues, ou les thérapies allogéniques développées par Cellectis. Leur accessibilité est un enjeu de société déterminant. Que peut-on faire aujourd’hui pour améliorer l’accès des produits innovants aux patients ? Cette question essentielle, qui replace la santé et le bien-être des patients au cœur de nos développements, sera notre fil rouge durant ces deux jours de congrès. Notre comité d’organisation a étroitement travaillé ces derniers mois pour mettre au point des sujets autant visionnaires que concrets, englobant les problématiques actuelles de disponibilité, de productivité et de qualité, mais aussi de logistique et de transport, pour impliquer tous les acteurs de la chaine autour de cet enjeu d’accessibilité : industriels, académiques, start-ups, PME, investisseurs et organismes de formation, étudiants mais aussi associations de patients. Avec la volonté toujours présente d’associer plus étroitement les autorités de santé dans les débats et les orientations futures pour faciliter l’accès aux thérapies innovantes. 

Temps forts

Pour rassembler largement, la quatrième édition du Congrès POLEPHARMA Bioproduction innove autant sur le fond que sur la forme, qui est plus diversifiée et équilibrée, comprenant des conférences plénières et des tables-rondes pour stimuler des débats instructifs et constructifs, mais aussi des pitchs startups et des ateliers pratiques pour des moments privilégiés d’échanges et d’interactivité, ainsi que des lieux de networking autour de l’espace exposition et du village de l’innovation avec les pôles de compétitivités et clusters accompagnés de leurs Biotechs.

Parmi les temps forts à venir : la volonté de donner la parole aux associations de patients, une table-ronde sur l’innovation de rupture en lien avec les travaux du CSF, des présentations d’entreprises innovantes, et une table-ronde sur la médecine personnalisée. Un autre sujet a son importance : l’apport des data (Big Data, blockchain, Intelligence Artificielle, …) pour se projeter dans l’Industrie 4.0 en matière de bioproduction. Dans une démarche d’ouverture, nous ferons appel à un champion de la gestion de données pour un partage d’idées, d’expérience et d’expertise, dans une volonté commune de mieux progresser et réussir.

Le développement et la structuration de notre secteur passe par la connexion des différents maillons de la filière. La réussite de cette quatrième édition se mesurera aux nouvelles opportunités qui se concrétiseront en faveur de l’innovation et de l’accessibilité des patients aux nouvelles thérapies, rendant tout le monde gagnant de nos échanges.

Un comité d’organisation varié et très impliqué 

Autour de Thierry Ziegler, Directeur de la production de Cellectis, Président du Congrès, le comité d’organisation de la quatrième édition du Congrès POLEPHARMA Bioproduction rassemble des profils et compétences variées dans une démarche collective de promouvoir l’innovation et l’accessibilité des patients aux nouvelles thérapies : Roland Béliard, CEO, LFB Biomanufacturing et Directeur BD Bioproduction, Renaud Bessière, Directeur de projet BIO-S chez Servier, Paul Beyou, VP Strategic Partnership and Qualified Person, Nanobiotix, Hervé Galtaud, Directeur Général IMT et partenaires Bio3 Institute, Jean-Dominique Guitton, Strategic and Scientific Missions BioValley France, Florence Hallouin, Directrice Adjointe, Atlanpole Biothérapie, Alain Lamproye, CEO, Yposkesi, Jillian Marc, Maître de conférence, Université de Tours, Denis Marchand, Chargé de projets Innovation Biomédicaments, Polepharma, Guillaume Plane, Marketing and Development, Process Solutions, Merck, Denis Requier, Vice-Président Innovation, Polepharma, Stéphane Roques, Délégué Général, Medicen, Thibault Roulon, Directeur d’Investissement Pôle Sciences de la vie, BPI, Gaëtane Rouvray, Pharmacien Manufacturing EFS et Atlantic Bio GMP, et Alain Sainsot, Président de V-Nano et Administrateur Polepharma. 

Inscrivez-vous pour réserver votre place